Au cours des deux dernières décennies le PIB de Terre-Neuve et Labrador a augmenté de 52% avec la moitié de cette hausse due à l’industrie pétrolière. Les trois grands chantiers actifs de la province dans les hydrocarbures ont produit 100,7 millions de barils en 2010 ce qui représente 35% du brut produit dans tout le Canada. Plus de 4000 personnes travaillent dans ce secteur.

St. John’s est la plaque tournante de l’exploration, de la mise en valeur et de la production du pétrole sur la côte est. L’industrie énergétique extracôtière injecte chaque année plus de 770 millions de dollars dans l’économie locale.  La ville a obtenu une place dans le World Energy Cities Partnership.

Les occasions d’avenir comprennent :

  • Les travaux d’exploration continus du bassin Orphan et du sous-bassin Laurentien;
  • La mise au point de technologies permettant d’acheminer les vastes ressources en gaz naturel vers la terre.

Guidé par un plan à long terme en matière d’énergie qui permet de gérer les ressources énergétiques, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a créé, en 2007, la société Nalcor Energy, une nouvelle société d’énergie d’État. Nalcor Energy exerce des activités dans cinq secteurs : la Newfoundland and Labrador Hydro, Churchill Falls, le projet de production hydroélectrique du cours inférieur du fleuve Churchill, le pétrole et le gaz, l’installation de fabrication Bull Arm.

Le port abrité et libre de glaces de St. John’s constitue un choix logique pour l’industrie énergétique. Ses installations et ses services se sont développés parallèlement à l’industrie pétrolière et gazière extracôtière, et ils sont connus dans l’ensemble de l’industrie.

Le port abrite la base d’approvisionnement la plus grande et la plus moderne du Canada atlantique ainsi qu’une poignée d’installations qui ont les moyens de construire et d’expédier du matériel sous-marin dans le monde entier.

L’université Memorial et son institut maritime ont plus de 17000 étudiants impliqués dans des programmes reliés à des domaines touchant aux hydrocarbures. L’institut des technologies océaniques du Centre National de Recherche et de Développement, situé à Terre-Neuve, est reconnu mondialement comme leader dans le domaine de la recherche en ingénierie océanique pour les environnements froids et au climat difficile. En effet, l’environnement unique de la province apporte des difficultés telles que les icebergs, la glace, le vent et la force des vagues.

Le champ pétrolifère Hibernia est le premier et le plus grand à avoir été développé au large de Terre-Neuve (offshore). La production a commencé en 1997. Hibernia a produit 56,3 millions de barils en 2010, et a employé environ 1090 personnes en 2010. Le gouvernement provincial a finalisé fin 2010 un accord pour lancer le projet de développement d’une extension sud de production d’Hibernia.

Le second champ le plus important au large des côtes Terre-Neuviennes est celui de Terra Nova lancé en 2002. Terra Nova a enregistré en 2010 une baisse de 4,1 millions de barils.

Le champ pétrolifère White Rose, troisième champ offshore, a commencé sa production depuis 2005. Il contient le nouveau champ « North Amethyst » dont la production a débuté en mai 2010.

Le champ Hebron découvert en 1981 est situé dans le bassin Jeanne d’Arc et a obtenu deux contrats importants de développement en 2010 avec WorleyParsons Canada Services Ltd. et Kiewit-Aker Contractors.

Les autres compagnies pétrolières importantes offshore sont : Station Canada Ltd., Suncor Energy Inc., Petro Canada, Husky Energy Inc., Statoil Ltd, Imperial Oil Ressources, Respol Exploracion SA., Chevron Canada Limited, ConocoPhillips Canada, BHP Billiton, Canadian Imperial Venture Corp., Shoal Point Energy Inc., NWEST Energy Inc. and Corridor Resources Inc, ExxonMobil Canada et Shell Canada. Les entreprises onshore sont : Nalcor Energy, Leprechaun Resources, Deer Lake Oil and Gas Inc., Investcan Energy Corporation et Vulcan Minerals Inc.

En 2010, 11 puits ont été explorés offshore et 3 onshore. Au 31 janvier 2011, on enregistrait 35 permis d’exploration actifs, 50 permis de découverte significative et 8 permis de production offshore. Les différents bassins et zones d’exploration offrent encore d’autres possibilités de développement.

Pour plus d’information:

Le site Internet du gouvernement provincial publie la revue annuelle de l’industrie en plus du bulletin mensuel (Oil Bulletin) portant spécifiquement sur la production.

Le Oil and gas outlook 2013 est une autre publication gouvernementale sur l’industrie. Le niveau de production de l’industrie, les projets majeurs, les tendances et les perspectives 2013 y sont abordés.

 Source : “The Economy 2011: standing strong”, Government of Newfoundland and Labrador